Les blattes

Lutte contre les blattes

Lutte contre les blattes

Il existe plusieurs espèces de blattes, en France, qui envahissent les locaux. Que ce soit dans les habitations, immeubles, restaurants, hôtels, cuisines ou magasins, ce sont des blattes qui sont d’origine tropicale et qui ont été importées, à nos dépends, depuis déjà fort longtemps.

Les principales espèces de blattes sont : La blatte germanique (qui n’a rien de germanique !!), la blatte américaine (qui ne l’est pas non plus !!) et la blatte orientale (qui elle, l’est un peu plus !).

En effet, les types de blattes qui nous infestent sont originaires d’Asie du sud-est et d’Afrique du nord. Elles ne survivent qu’en intérieur chauffé, les températures hivernales leur sont fatales. La plus commune en France est la blatte germanique, que les Allemands appellent la blatte Hollandaise ! Je ne sais comment les Hollandais la nomment, tout le monde peut se renvoyer la blatte !

Nous avons à faire à un insecte de mœurs nocturne, qui ne supporte pas la lumière et qui reste caché tout le jour, pour ne sortir que dans l’obscurité. Les blattes affectionnent la chaleur et l’humidité, ce qui doit leur rappeler leurs origines tropicales ! Elles peuvent apparaitre dans n’importe quel endroit, même propre, mais ne prolifèreront vraiment que lorsqu’elles ont suffisamment de quoi manger. Restes de nourriture à profusion, poubelles non sorties, nourriture pour animaux à disposition etc…

Les populations peuvent alors exploser pour devenir des infestations massives très impressionnantes.

On peut simplement se rendre compte de leur présence, avant de telles infestations par les déjections qu’elles laissent derrière elles, aux endroits qu’elles fréquentent. Ses déjections ressemblent tout simplement à du marc de café. On peut observer le dessous des gonds de charnières de placards par exemple, lieux où elles affectionnent passer un moment pour se cacher.

Le point chaud de la cuisine est tout simplement derrière le réfrigérateur : chaleur du moteur, humidité avec le bac à eau, tranquillité (on bouge rarement celui-ci !) et obscurité. Placé dans la cuisine, source de restes de nourriture à proximité, toutes les conditions sont réunies pour leur reproduction. Leur expansion sera simplement limitée par la nourriture disponible.

Si les lieux sont très propres, leur présence restera discrète. Il est évident qu’une bonne hygiène est de mise : nettoyer la cuisine après les repas, éliminer les traces de graisses, les miettes et résidus de nourriture, sortir les poubelles et déchets très régulièrement, ne pas laisser de paquets de gâteaux ouverts par exemple, ne pas laisser de nourriture accessible (même les denrées dans leurs emballages en carton qui sont accessibles pour les blattes), même celle pour les animaux (croquettes de chiens ou chats) etc…

J’utilise un traitement très discret et absolument non toxique, hormis pour les blattes car le produit utilisé est uniquement ciblé sur les blattes et se met en action uniquement avec les enzymes spécifiques contenus dans le corps des blattes !

Il ne peut y avoir de dommages collatéraux ou d’intoxication parallèles. Inutile de quitter les locaux lors du traitement, aucune quarantaine ou protocole n’est à mettre en place. Si toutefois l’infestation persistait, encore une fois, la ou les ré- interventions sont gratuites, jusqu’à résolution totale du problème. Normalement un seul passage pratiqué très méticuleusement  est nécessaire.

L’infestation est résolue en cinq à sept jours.